samedi 18.11.2017  

atome, centrale digitale

 

 

 

Quartz Informatique Sub Static
   
Interview Krude - Deadsilence - Londres - UK 

Regroupés depuis peu en Syndicat, les membres underground de DeadSilence poursuivent leur quête d'un monde dominé par la basse. Recherchés par toutes les polices d'Edge City (ville imaginaire, symbole de la lutte anti-électronique et martyr depuis longtemps d'un terrorisme auditif meurtrier), nos fugitifs ont trouvé en la personne de Ben McKlusker alias Krude un porte parole à leurs revendications. Patron du label Audio Illusion, la moitié de The Bombdogs nous explique les fondements de cette organisation criminelle.

- Atome : Qu'est ce que DeadSilence ? Quel est son but ? Considères-tu DeadSilence comme un collectif d'artistes et de designers underground militants ou une nébuleuse de talents (ou peut-être même les deux) ?
- Krude : DeadSilence est un collectif de ravers, de punks, de b-boys, d'hooligans et de fanas de computer qui n'ont jamais pu décrocher depuis la première fois où ils ont entendu des beats amplifiés s'échapper d'un sound system bien réglé. Ensemble nous créons et arrangeons des fréquences audio jusqu'à ce qu'elles soient prêtes à être diffusées. Nos recherches sont dirigées par nos sound systems et depuis peu par d'autres sound systems plus nombreux implantés sur Terre.

- A. : DeadSilence réunit des labels aux styles variés allant de l'expérimental à l'electro en passant par la drum&bass ou le breakbeat. Quel est la ligne artistique générale de DeadSilence ?
- K. : De la basses aiguë, tranchante, futuriste, grinçante et des breaks défendus !!!!

- A. : Présente nous l'équipe DeadSilence ? Quels sont les labels impliqués dans ce projet ?
- K. : Je vais profiter de cette opportunité pour saluer tout le crew : The Innocent Bystander [R.I.P], The Dexorcist, Bass Junkie, Blackmass Plastics, Thorn Industries, Control Tower, Audio Illusion, S.M.B Records, The Bombdogs, Lagernaut, Urban Disturbance, Suspect Device, Kronos Device, Cal, Val, DJ Controlled Wierdness, The Reverend, Finnbar [bass] Fingers, Booze Breaks, The Radio Active Man, Final Dream, Technonotice, Vinyl Weaponry, Riot Squad, Running Scared, The Low Pitched Killers, M.C Heartburn, The Fear Teachers & K.D.U. Sans oublier les soundsystem fugitifs sans lesquels, rien n'aurait été possible. Dee, Yappa, Dylan, Richie, Little Chris, Spanish James and Mexican Jez, Big Mouth Mina, Jason & Stacey and Woodsey. Le syndicat grandit.

- A. : Quelles sont les principales différences et similarités (au niveau du son, des concepts tant visuels que musicaux...) entre Audio Illusion, Control Tower et Battle Trax… ?
- K. : Les points communs ou les différences nous échappent. Edge City (notre ville) est contrôlée par une force démoniaque connue du monde extérieur sous le nom de Thorn Industries. Cette organisation monstrueuse censure et publie nos productions avant qu'elles n'arrivent sur Terre. Nous devons obéir aux ordres pour que nos misérables vies soient épargnées.

- A. : Pourrais-tu te présenter un peu plus ? Quand et comment as-tu découvert la musique électronique ? Quelle est ta principale activité au sein de DeadSilence ? D'ailleurs, qui a lancé ce collectif ?
- K. : Armés jusqu'aux dents de tout un arsenal d'ondulations, nous avons progressé à travers les obstacles. Nous gardons nos identités secrètes. Tout comme nos activités. DeadSilence n'a jamais été démarré mais intercepté et piloté par des fugitifs du Syndicat.

- A. : Quel type de réactions suscite DeadSilence ?
- K. : Les réactions sont positives. La seule donnée non censurée que la ville d'Edge City ait interceptée émane de la Terre. Vos systèmes d'ordinateurs quoi qu'archaïques s'accroissent et réalisent de grands progrès dans la communication. Votre planète rétrécit et les cellules d'information musicale se rapprochent.

- A. : Quel est la politique du gouvernement actuel à l'égard de la musique électronique ?
- K. : Oh, je n'en ai pas la moindre idée. Je vais demander à ce que des membres de la police de Londres répondent à ta question. Attends une minute… Ils se sont refusés à tout commentaire. Cela peut vouloir dire deux choses. Soit ils détiennent des documents secrets d'une importance telle que leurs contenus ne peuvent être publiés sous peine que le Syndicat ne réussisse dans son entreprise de soulever les rues interdites du Sud Est de Londres. Soit ils ne souhaitent pas perdre une minute à discuter sur les merveilleuses ondulations qui remplissent le ciel pollué de leur ville pourrie. J'ai remarqué que la police continue à se rendre dans les soirées. Je suppose qu'elle doit aimer ça finalement. Ca fait de sacrés balades si tu n'aimes pas ce genre de musique.

- A. : Rencontrez-vous des difficultés à faire valoir votre musique dans votre propre pays ? Est-il dur de développer et vendre de la musique spécialisée, d'expliquer aux non-initiés vos intentions ?
- K. : Durant tout le temps que nous avons passé sur Terre, nous nous sommes rendus compte qu'il nous était impossible de promouvoir nos fréquences. A moins de travailler avec d'autres fugitifs enthousiastes, nous avons rencontré de fortes réticences. La musique est bien plus parlante que les mots. Nos intentions sont directes et futuristes, avancées bien plus que simplistes.
D edicated E lectronic A udio D evelopers S tudying I ntergalactic L oops E nableing N oise C ommunication E verywhere

- A. : Comment juges-tu la scène électronique anglaise actuelle ?
- K. : La nuit, quand la ville s'endort en silence et que le pays s'assoupit, une association de techniciens se met en branle. Du point le plus au nord de l'Ecosse jusqu'à l'extrémité sud de l'Angleterre, ces scientifiques planifient, perfectionnent et laissent entendre leur musique irréelle. Des légions de citoyens aliénés abandonnent alors leur vie routinière et se jettent tel un troupeau sur les routes pour se joindre à ces rites interdits.
La musique électronique appartient au grand air !

- A. : Quelles sont les prochaines surprises de DeadSilence cette année ?
- K. : Le Syndicat vire à l'Est cet été. Des bourdonnements en provenance directe d'agents de la République Tchèque vont traverser le continent. La navigation actuelle nous mène vers d'avantage d'expérimentations live. Les cinq membres du groupe Urban Disturbance continuent leur quête vers une destruction électronique totale. Drums, basses, cello et samples synthosomatiques constituent les ingrédients de leur live inédit. Des espions d'Edge City nous informent de l'imminence des sorties " How To Build A Bomb " Part 1 (déjà dans les bacs) et Part 2 sur Audio Illusion. Les Thorn Industries devraient à nouveau polluer la production avec leur seconde sortie. Les transmissions de Control Tower se poursuivent également avec de nouveaux titres signés de l'abominable " Silvah Bullet ", des mixes de RadioActive Man et de The Bombdogs. Enfin de grands événements intérieurs et extérieurs vont se dérouler de façon régulière cette année. A suivre pour plus d'info sur le site deadsilence.co.uk.

- A. : Un dernier mot pour la communauté electro ?
- K. : Des beats dérangeants et étranges sont sur le point de parasiter vos sound systems.
www.deadsilence.co.uk
Nexus 6, 31/07/2003

Deadsilence

Through The Wires

Ravager of Planets EP

The Demonic Charge EP

The Bad Robot E.P

Datalife 01

Bass Control EP

Robot Movement

DSS EP

Edge City Chronicles